Mortalité routière en France : observer les tendances longues plutôt que les fluctuations de court terme

  • Jean ORSELLI

Résumé

Chaque Français parcourt autrement qu’à pied 35 fois plus de kilomètres en 2015 qu’en 1900 alors qu’il n’y avait que 3 500 automobiles (plus 5 millions de véhicules hippomobiles), mais il risque moins de mourir sur la route. Le risque mortel par km parcouru pour un individu a donc été divisé par 35 entre 1900 et 2015.

Pourtant, le nombre de tués culmina à plus de 6 fois son niveau actuel en 1972.

En 1935, le Décret-Loi dotant le ministère des Travaux publics d’un Service central de statistiques a défini celles-ci comme des « éléments de propagande », formule hélas toujours valable dans le domaine de la sécurité routière.

Publiée
2016-05-11