Insécurité routière : l’apport de l’épidémiologie au débat public

  • Bernard LAUMON

Résumé

En sécurité routière, comme dans beaucoup d’autres domaines, l’outil statistique sert, rarement à dénombrer (les tués sur nos routes), le plus souvent à estimer un nombre (de blessés graves), une fréquence (le pourcentage de conducteurs alcoolisés), un sur-risque (par combien je multiplie mon risque si je suis sous l’emprise du cannabis ?), ou l’impact d’une exposition spécifique (combien de victimes attribuables à l’usage du téléphone en conduisant ?).

De par leur dimension chiffrée, ces résultats sont indispensables au débat public et à la décision politique (même si celle-ci repose bien souvent sur d’autres critères, notamment celui de l’acceptabilité sociale).
Cet article vise à illustrer ce propos par quelques exemples.

Publiée
2016-05-11